Étiquette
Chargement...

L'Elephant Listening Project a été fondé en 1999 pour mener des recherches à long terme sur la communication des éléphants, et plus particulièrement, les éléphants de forêt, suite aux recherches de la zoologiste Katy Payne sur l'utilisation des infrasons par les éléphants. Suite au développement des technologies de surveillance acoustique au Centre K. Lisa Yang de Bioacoustique de Conservation (K. Lisa Yang Center for Conservation Bioacoustics) de l'Université Cornell, l'ELP a recueilli plus d'un million d'heures d'enregistrement audio dans de nombreux sites forestiers d'Afrique centrale, dont beaucoup ont été surveillés en continu pendant de longues périodes, afin de contribuer à la conservation des éléphants. Certaines de ces données acoustiques ont été mises à disposition sous la forme d'un ensemble de données ouvertes.

Les éléphants et la bioacoustique

ElephantListeningProject
Carte montrant les schémas spatiaux des grondements d'éléphants et des coups de feu dans une zone protégée au Cameroun. Source de l'image : Elephant Listening Project [carte]. Consulté le 29 juin 2022, à l'adresse https://elephantlisteningproject.org/elephants-guns/.

Les pratiques d'écoute bioacoustique sont utilisées pour protéger les éléphants en Afrique en suivant leurs réseaux de communication infrasonique (Payne 1998 ; Wrege et al. 2017). Des moyens de dissuasion bioacoustiques sont utilisés pour protéger les populations d'éléphants en Afrique en les chassant des zones agricoles (King et al. 2011, 2017). La vie acoustique de l'éléphant de forêt, espèce menacée, n'est pas simple.

Dans le cadre du célèbre Elephant Listening Project (ELP), les chercheurs de l'université de Cornell ont utilisé l'acoustique pour gérer cette espèce dans toute la région d’Afrique central pendant plus de trente ans.Les changements et permutations de l'ELP sont révélateurs de certains des développements complexes en matière d'acoustique et de conservation en général (comme plusieurs d'entre nous l'explorent dans un article en cours). Récemment, la capacité de détecter à distance les coups de feu dans le bassin du Congo a permis aux chercheurs de l’ELP d'informer les autorités étatiques locales du moment et de l'endroit où le braconnage a lieu, ce qui a conduit à de nouvelles recommandations sur les zones à patrouiller. Ces projets vont-ils s'étendre pour devenir des formes efficaces de conservation en action? Ou s'agit-il d'un autre cas où trop de technologie de conservation génère des défis logistiques trop granulaires pour que les analystes distants puissent les analyser correctement?

Tags associés

/
radio smart forests